je mange mieux .com et si l'alimentation était la solution ?

Vous êtes ici : AccueilBlogArticles de Claire

4

Comment faire du pain VRAIMENT hypotoxique ?

Vous avez peut-être déjà essayé de faire du pain hypotoxique mais sans grand succès... Ou peut-être n'avez-vous jamais osé car vous ne savez pas comment vous y prendre. Et pourtant le pain vous manque...

 

Cet article fait le point sur le pain hypotoxique et vous indique comment en faire.

 

Qu'est-ce qu'un pain hypotoxique ? 

 

Un pain hypotoxique doit vérifier deux conditions :

 

  • utiliser des farines de céréales non mutées

 

  • être cuit à moins de 110°C

 

Par ailleurs, il faut penser à ne pas y mettre d'huile, d'oléagineux (amande, noisette, noix, …) ou de graines grasses (tournesol, courge, …) de manière à ne pas chauffer les acides gras. 

 

La prise en compte de ces critères implique généralement de faire son pain soi-même. Car les pains « sans gluten » vendus en magasin ou chez le boulanger ont l'inconvénient d'être cuits à 180°C environ et parfois de contenir de la farine de maïs.  

 

Après avoir testé de nombreuses recettes, je me suis rendu compte qu'il était possible de réussir des pains hypotoxiques et savoureux, à tous les coups. Il faut pour cela suivre les 4 étapes décrites ci-dessous.  

 

1. Utiliser un mix de farine et de fécule

 

Pour obtenir un goût savoureux et une texture moelleuse, le meilleur moyen est d'utiliser un mix 2/3 de farine et 1/3 de fécule. 

 

  • Choix des farines : riz, sarrasin, pois chiches, châtaigne, quinoa, lentilles, teff, amarante, sorgho, fonio, souchet, lupin.

 

  • Choix des fécules : arrow root, farine de tapioca (à base de manioc), fécule de pomme de terre, amidon de maïs.

 

A vous de choisir les ingrédients qui vous tentent : 1 ou 2 farines et 1 fécule. Cela vous laisse un grand nombre de combinaisons possibles. Et vous permet de varier les goûts à volonté !  

2. Ajouter un "liant"


Les pains hypotoxiques sont par définition sans gluten. Or le gluten (protéine présente dans la farine de blé) apporte une élasticité à la mie de pain. Pour retrouver cette caractéristique, il faut utiliser des "poudres" naturelles. Grâce à leurs propritétés gélifiantes et stabilisantes, elles donnent une élasticité aux pains tout en leur conférant du volume. Si vous n'ajoutez pas ce 'liant", vous risquez d'obtenir un pain qui s'effrite facilement.

 

  • Vous pouvez choisir un liant parmi : gomme de guar, gomme de xanthane, gomme de caroube, carraghénane.

 

Si vous souhaitez éviter ces additifs, vous pouvez fabriquer un gel de lin. Pour un pain de 220g de farine/fécule, moudre 1 cs. de lin doré et mélanger à 2 cs. d'eau. Attendre 15 minutes. Vous obtiendrez un gel que vous ajouterez à la pâte.

 

3. Faire lever la pâte

 
Il existe plusieurs façons de faire lever la pâte : 

 

  • Une poudre à lever ou du bicarbonate de sodium. Dans ce cas il n'y a pas besoin d'attendre car la pâte monte pendant la cuisson.

 

  • La levure fraiche. Elle nécessite de laisser reposer la pâte pendant une heure à plus de 21°C. Attention : si la température de la pièce est trop basse, ça ne lève pas et le pain est souvent décevant !

 

  • La levure de boulanger déshydratée. Elle doit être "réactivée" pendant 10 minutes avec un peu de sucre et de l'eau à 40°C environ. Ensuite, elle s'utilise comme la levure fraiche.

 

Cette étape est importante pour que le pain soit suffisamment aéré. Soyez vigilant et suivez précisément les indications du fabricant

 

A ce stade, il faut mélanger le mix "farine + fécule" + le liant + du sel + la levure choisie avec un poids équivalent d'eau pour obtenir une pâte homogène et plutôt épaisse.  

 

4. Cuire à la vapeur avec un moule adapté

 

Pour cuire à 110°C maximum, vous pouvez cuire à la vapeur ou au four. (Pour information : les machines à pain cuisent entre 140°C te 180°C, donc à une température trop élevée). 

 

Ma recommandation est de cuire à la vapeur. Car la cuisson au four "désèche" trop l'extérieur de la pâte et ne cuit pas suffisamment l'intérieur de la pâte. La cuisson à la vapeur est plus homgène. 

 

La cuisson à la vapeur correspond à une température de 100°C. L'avantage est que vous ne risquez pas de bruler le pain. J'ai l'habitude de mettre le pain dans le cuit vapeur lorsque l'eau bout. Et de laisser cuire pendant 1h30 avec une ébulltion moyenne. Il arrive que le pain soit cuit au bout d'une heure mais je laisse plus longtemps par précaution et le résultat est alors toujours très bon. 

 

Mon astuce consiste utiliser un moule à pain avec couvercle. De cette façon, l'eau du cuit vapeur ne retombe pas sur le pain pendant la cuisson et ce dernier n'est pas mouillé !  

 

J'en arrive à ma conclusion : le plus important est d'essayer. Il arrive que le premier ou les deux premiers pains ne soient pas réussis... car il y a un "coup de main" à acquérir. Mais ça vaut vraiment la peine de persévérer ! 

 

A bientôt et régalez vous !

Damien de l'équipe JeMangeMieux.

 

 

Information complémentaire

Pour mettre en pratique ces conseils, nous vous proposons un pack "Faire du pain hypotoxique" ? Il contient tout ce qu'il faut pour réussir ses pains. Pour en savoir plus, cliquez sur le lien ci-dessous.


Lien : « Pack - Faire du pain hypotoxique » (cliquez ici)

0

Le Chili interdit la malbouffe

Au Chili, la loi contre la malbouffe est effective depuis le 27 juin. Elle vise en particulier d’éviter l’obésité et le diabète qui touchent de plus en plus de personnes dans ce pays.

 

Chili : une loi pour une meilleure santé

Cette loi aura mis cinq ans à être approuvée, plus quatre années pour laisser le temps à l’industrie agro-alimentaire, qui a fait un intense lobby, de s’adapter.

  • Elle impose de signaler sur les étiquettes des produits vendus dans les magasins les produits dépassant certaines quantités en graisses saturées, sucres, sodium et calories.
  • La publicité de ces produits néfastes sera bannie des programmes pour enfants et les fabricants devront enlever des emballages tout élément destiné à attirer leur attention, comme des dessins ou des autocollants.
  • Elle interdit la vente de produits alimentaires accompagnés d’un jouet.

Elle vise directement le Kinder Surprise de Ferrero ou le Happy Meal de McDonald’s. Mais au-delà des ces produits emblématiques, elle concerne plus de 8000 produits dont les quantités en graisses saturées, sucre, sel et calories sont jugées inadaptées à la bonne santé des Chiliens.

L’objectif est d’informer le consommateur des dangers réels de certains produits. Le sénateur Guido Girardi, principal promoteur de cette loi cite l’exemple des céréales du petit-déjeuner que les parents pensent bonne pour la santé de leurs enfants. En réalité, « elles contiennent généralement 40 % de sucres et des quantités énormes de sel », précise t-il.

 

Bravo au gouvernement du Chili

Il aura fallu du courage pour lutter contre le lobby de l’industrie agro-alimentaire. Il faut dire que le problème de santé publique est alarmant.

  • 60% des Chiliens en surpoids
  • 80% de cas supplémentaires de diabète ces 10 dernières années

On peut espérer que ce courage politique donnera des idées à d’autres pays. Et tout particulièrement à la France, pays dans lequel le nombre de diabétiques a augmenté de 120% en 15 ans, passant de 1,6 millions de personnes en 2000 à 3,5 millions de personnes en 2015.

5

Quel équipement pour la cuisson douce ?

Vous êtes nombreux à nous demander des conseils d'achat pour la cuisson douce. Entre les membres de l'équipe JeMangeMieux et les auteurs culinaires avec lesquels nous travaillons, nous avons la chance d'avoir testé (presque) tous les produits du marché ! Alors voici notre avis sur la question.

Les quelques règles pour bien choisir son équipement de cuisson douce

Règle N° 1 :
Tout d'abord, il faut être clair sur son besoin : un cuit vapeur, une casserole pour la cuisson à l'étouffée, ou alors un ensemble de cuisson qui conviendra pour la cuisson vapeur et la cuisson à l'étouffée.

 

Règle N°2 :
Ensuite, il faut décider la taille de l'équipement : 20 ou 24 cm de diamètre. Cela dépend principalement du nombre de personnes dans votre foyer.

 

Règle N°3 :

Et enfin, il faut choisir un matériel en Inox 18/10, avec un fond épais et en triple épaisseur s'il est destiné à la cuisson à l'étouffée.

 

Nos produits préférés pour chaque type de produits sont les suivants.

 

Un cuit vapeur uniquement

Dans cette catégorie, nous vous conseillons le Vitaliseur de Marion. Il s'agit d'un produit de très grande qualité, très apprécié des personnes qui en possèdent un et d'un meilleur rapport qualité / prix que ses concurrents directs. Son seul inconvénient est qu'il ne convient pas pour la cuisson à l'étouffée ! Il existe en trois déclinaisons.

  • Le Petit Robinson

  • Le Vitailiseur

  • Le Pack

 

Pour en savoir plus : lien pour visiter la Boutique du Vitaliseur de Marion

 

Une casserole pour la cuisson à l'étouffée uniquement

Dans cette catégorie, nous vous recommandons un faitout Ecovitam de Warmcook. Il s'agit d'un produit fabriqué en Italie, parfaitement adapté pour la cuisson à l'étouffée, et il présente un meilleur rapport qualité / prix que ses concurrents. Ce fabricant propose une gamme complète mais nous vous recommandons un faitout 20 ou 24 cm de diamètre. Il conviendra ainsi à la majorité des situations.

 

Pour en savoir plus : lien vers le faitout de Warmcook

 

Un ensemble cuit vapeur + cuisson à l'étouffée

Cela intéressera celles et ceux qui n'ont ni cuit vapeur ni casserole pour la cuisson à l'étouffée. Acheter un ensemble coûte nettement moins cher que d'acheter les deux séparément. Cela peut vous faire économiser entre 70 et 150 Euros au global !

 

Dans cette catégorie, notre préféré est l'ensemble de cuisson Ecovitam de Warmcook qui comprend un faitout + un insert vapeur.

 

Pour en savoir plus : lien pour visiter la Boutique de Warmcook

 

La bonne nouvelle : des réductions poru les clients et amis de JeMangeMieux !

Pour cette revue du marché, nous avons contacté les différents fabricants qui proposent des produits adaptés aux recommandations de l'alimentation hypotoxique (Vapok, Vitaliseur de Marion, Baumstal, ABE naturellement, Warmcook, Cristel, Lagostina, Fissler).

 

Après avoir fait notre analyse, nous avons demandé à nos deux "fabricants préférés" des réductions pour les clients de JeMangeMieux. Et nous sommes donc heureux de pouvoir vous faire bénéficier de tarifs réduits sur ces produits.

 

Alors évidemment, si nous vous proposons des réductions, certains vont dire que notre recommandation n'est peut-être pas dépourvu d'intérêt financier et donc pas impartiale ! Nous comprenons tout à fait cette réaction.

 

Le mieux dans ce cas est peut-être que vous vous fassiez vous aussi votre avis sur les équipements adaptés à la cuisson douce. Et si vous arrivez à la même conclusion que nous et que vous souhaitez alors bénéficier de réductions, nous serons ravis de vous en faire profiter !

  

Voici les conditions tarifaires que Le Vitaliseur de Marion et Warmcook accordent aux clients de JeMangeMieux.

 

Pour le vitaliseur de Marion (frais de port compris)

 

  • Le Pack à 234 euros au lieu de 264 €

  • Le Vitaliseur à 195 euros au lieu de 220 €

  • Le Petit Robinson à 140 euros au lieu de 148 €

 

Si cela vous intéresse, contactez-nous à equipe@jemangemieux.com, nous vous enverrons un bon de commande que vous devrez envoyer directement à la boutique « Vitaliseur de Marion », en payant par chèque uniquement, et en indiquant un code promo que nous vous communiquerons.

 

Pour les équipements de cuisson Ecovitam de Warmcook (frais de port compris)

 

  • L'ensemble de cuisson 24 cm à 228 euros au lieu de 258 € (Faitout 6L, 24 cm + insert vapeur 24 cm)

  • L'ensemble de cuisson 20 cm à 209 euros au lieu de 234 € (Faitout 3,8L, 20 cm + insert vapeur 20 cm)

  • Le Faitout 6L, 24 cm à 159 euros au lieu de 179 €

  • Le Faitout 3,8L, 20 cm à 144 euros au lieu de 159 €

 

Si cela vous intéresse, envoyez nous un e-mail à equipe@jemangemieux.com. Nous vous enverrons un bon de commande que vous devrez envoyer à JeMangeMieux, en payant par chèque uniquement.

 

 Nous sommes à votre écoute si besoin.

 

N'hésitez pas à nous contacter !

L'équipe JeMangeMieux.

5

La nourriture dont le corps a besoin

Personne n’aurait l’idée de faire le plein avec du diesel dans une voiture fonctionnant au super. Car tout le monde sait que le moteur s’arrêterait vite de fonctionner.

Avec notre corps, c’est la même chose ! Si notre nourriture n’est pas adaptée au fonctionnement de notre organisme, celui-ci va finir par nous le faire comprendre un jour ou l’autre. L’organisme va s’encrasser de manière sournoise mais certaine, jusqu’au jour où une maladie chronique se déclare…

Ainsi il est faux de penser que nous sommes capables de « digérer » tout ce que nous mangeons. Dans bien des cas, notre système digestif est dépassé et doit s’accommoder d’une digestion incomplète. Les conséquences peuvent être importantes et le système immunitaire affaibli dans sa globalité.

Le principe de l’alimentation hypotoxique consiste à choisir une façon de manger plus respectueuse de notre physiologie. Cela implique d’abandonner les habitudes alimentaires qui mettent à mal notre santé.


« Mettre de côté » certaines habitudes alimentaires

 

Les études scientifiques sur la nutrition permettent d’identifier de mieux en mieux les aliments à privilégier et ceux à éviter. Et force est de constater que les conclusions ne sont pas forcément celles auxquelles on s’attendait. Voici quelques résultats :

  • les produits laitiers d’origine animale (vache, chèvre, brebis, …) sont difficiles à digérer par l’homme. Nos enzymes digestives sont en effet adaptées au lait maternel mais pas au lait d’une autre espèce.
  • la plupart des céréales ont muté et nos enzymes ont beaucoup de mal à les digérer. Il s’agit en particulier de toutes les céréales qui contiennent du gluten.
  • pour éviter un mauvais équilibre acido-basique de l’organisme, il est recommandé de ne pas manger de protéines animales (viande, poisson, oeufs) plus de 5 fois par semaine.
  • la cuisson au dessus de 110°C génère des macromolécules toxiques qu’il est préférable d’éviter.
  • l’agriculture intensive et les procédés de l’industrie agro-alimentaire ont engendré un appauvrissement des aliments et une augmentation du risque de carence. Il est donc devenu nécessaire de sélectionner ses aliments en fonction de leur apport en vitamines, minéraux et oligo-éléments.

La prise en compte de la façon dont le corps fonctionne conduit ainsi à une alimentation sans lait, sans gluten, limitée en protéines animales et qui privilégie les fruits, les légumes, les légumineuses, les céréales non mutées, les graisses non chauffées et les aliments crus ou cuits à moins de 110°C.

Pour la plupart d’entre nous, cela implique une modification de nos habitudes alimentaires. Il s’agit de « ré-apprendre à manger » et de s’engager dans une transition alimentaire de manière à retrouver une alimentation plus respectueuse de notre organisme.

 

Le rôle de JeMangeMieux est de vous aider à y voir clair sur les aliments qui vous conviennent.

2

Idée menu d'hiver

En entrée : salade d'endives aux noix.

En plat : une cocotte de choux rouge aux pommes. Un plat doux idéal pour se réchauffer !

Voici la recette pour le plat :

Ingrédients :
(pour 2 personnes)
1/2 choux rouge
2 pommes
2 pommes de terre
1 yaourt de soja
1 verre de vin blanc sec (facultatif)

Préparation :
Peler pommes et pommes de terre. Les couper en cubes.
Couper en lamelles le chou rouge.
Cuire le tout ensemble dans une casserole en inox 18/10 avec un verre de vin blanc et 1 verre d'eau environ 20 min. En l'absence de vin blanc, mettre 1,5 à 2 verre d'eau.
En fin de cuisson, couper le feu et rajouter un yaourt de soja.
Bien mélanger.

0

C'est quoi le GLUTEN ?

Le gluten est une protéine

On le retrouve dans certaines céréales dont le blé, mais aussi le seigle, l'orge, l'avoine. Le gluten c'est la partie "chewing-gum" de ces céréales. Pour s'en rendre compte, il suffit de mélange de la farine à de l'eau, jusqu'à avoir une pâte, puis rincer cette pâte sous l'eau pour enlever l'amidon. Il restera alors une pâte très élastique, c'est le gluten.

 

La proportion de gluten augmente dans les céréales modernes.

 

Le gluten est naturellement présent dans les anciennes variétés de blé.

Cependant, au cours du dernier siècle, on a sélectionné le semence, afin d'avoir de plus en plus de gluten par grain. Le blé moderne ainsi créé contient 2 fois plus de gluten que le blé ancien.

Pourquoi ? Pour répondre aux critères de l'industrie agroalimentaire.

  • Pour résister au pétrissage mécanique au lieu de la main du boulanger, il fallait une pâte plus robuste.
  • Pour pouvoir standardiser les temps de repos de la pâte, de cuisson, il fallait que le taux de gluten soit constant dans chaque gramme de farine de blé.
  • Pour que le pain ou la brioche rentre bien dans son emballage, il faut que le produit monte toujours de la même manière, la même hauteur, la même coloration, à la cuisson ...

Pour les produits congelés, les industriels ajoutent même du gluten, afin que les produits résistent à la congélation et puissent ensuite être cuits rapidement.

La farine de blé actuel est donc une "farine technologique".

 

Comment digère-t-on ses protéines de gluten ?

 

La digestion, c'est une affaire d'enzyme : nos enzymes digestives doivent "découper" les différentes parties des aliments, pour que notre organisme puisse ensuite utiliser les différents nutriments (protéines, glucides, lipides, vitamines, minéraux). Chaque enzyme correspond à un type de molécule.

Il a été démontré que les enzymes digestives humaines ne peuvent digérer que partiellement les protéines de gluten. Il reste des parties qui ne correspondent à aucune de nos enzymes, aucun ne peut les "découper".

Certaines de ces parties non-digérées sont appelée des peptides et peuvent chez certaines personnes perturber le fonctionnement du système immunitaire.

Les conséquences de cette mauvaise digestion (naturelle !) du gluten peuvent être intestinales ou toucher par une réaction en chaine d'autres organes.

 

C'est un grain de sable dans l'organisme, qui peut être un point de départ d'une maladie chronique ...

0

Au menu pour les fêtes

Pour les fêtes, à la table des Mieux-Mangeurs, on peut déguster :

En entrée - Foi gras bio, avec son pain d'épice maison, accompagné de mâche

En plat - Noix de St Jacques marinées, Ecrasé de potimarron à l'huile de noisette et aux éclats de marrons

Au dessert - Carpaccio d'oranges à la cannelle

 

Pour respecter votre organisme, votre santé, choisissez autant que possible des ingrédients bios et locaux.

Recettes pour 4 personnes.

 

Pour l'entrée composez avec ces ingrédients :

- Pain d'épice hypotoxique, cuit à la vapeur >> Cliquez ici pour voir la recette complète

- Pour le foi gras, bio bien sûr

- De la mâche

- Des noix

- Vinaigrette à l'huile de noix

 

Pour le plat : Noix de St Jacques marinées, Ecrasé de potimarron aux éclats de marrons et à l'huile de noisette

Ingrédients :

- 20 noix de St Jacques

- 2 citrons : 1 vert et 1 jaune

- Ciboulette

- Poivre 5 baies

- Huile d'olive vierge

- Huile de noisette

- Fleur de sel

- 1 potimarron moyen

- 4 pommes de terre type purée

- 12 marrons en bocaux

 

Préparation :

- Disposer les noix de St Jacques dans une assiette creuse avec le jus des 2 citrons, 2 CS d'huil d'olive, poivre et sel. Réserver au frais

- Laver le potimarron. Ôter les graines. Le couper en gros cubes. Peler les pommes de terre et les couper grossièrement. Cuire ensemble à la vapeur (environ 25 min). Écraser finement avec un pressepurée. Ajouter un peu d'eau de cuisson si besoin et un filet d'huile de noisettes, jusqu'à obtenir la bonne texture. Saler et poivrer.

- Concasser grossièrement les marrons. Réservez quelques brisures pour la présentation dans l'assiettes. Intégrer le reste à la purée de potimarron.

- Sortir les noix de St Jacques, les égouter si besoin et les couper en 2 tranches très fines, pour obtenir 3 disques.

- Disposer de l'écrasé de potimarron au fond des assiettes, déposez délicatement les tranches de noix de St Jacques dessus.

- Parsemer le tout de ciboulette, une pointe de fleur de sel, un tour de poivre 5 baies, un filet d'huile de noisettes. Finissez l'assiette en déposant les brisures de marrons autour.

 

Au dessert - Carpaccio d'oranges à la cannelle

Ingrédients :

- 6 oranges

- eau de fleur d'oranger

- canelle

- sucre complet

 

Préparation :

- Peler les oranges à vif et les couper en grandes rondelles.

- Arroser d'1cc. d'eau de fleur d'oranger, saupoudrer de cannelle et, si besoin, d'un peu de sucre complet (selon les goûts).

- Laisser mariner le temps du repas.

 

 

Bonnes fêtes à tous !

0

Idée de Menu de Printemps - Riz cantonnais au poulet

Ingrédients :
(pour 2 personnes)
1 oignon
100 g de pleurotes
2 carottes
1 blanc de poulet ou 200 g de tofu pour la variante végétarienne
100 g de petits pois surgelés
1 verre de riz basmati
thym séché

Préparatifs :
✗ Couper le poulet en petits cubes puis les mélanger avec 1 cc. de thym et 1 cs. de vinaigre balsamique, dans un bol.
✗ Faire fondre à feu doux dans une poêle en inox 18/10, avec un fond d'eau, un oignon finement émincé. Laver et détailler les pleurotes. Ajouter dans la poêle.
✗ Ajouter un verre de riz préalablement rincé, les petits pois, deux verres d'eau et un peu de sel.
✗ Laisser cuire à feu doux, sans remuer. Au bout de 5 minutes, ajouter une carotte coupée en fins bâtonnets.
✗ Ajouter le poulet 4 min. avant la fin de cuisson. On ajoute ensuite la 2e carotte également coupée en bâtonnets.
✗ Le plat est prêt lorsqu'il ne reste plus d'eau dans la poêle.
✗ Se mange aussi bien chaud que tiède, voire même froid.
✗ Variante végétarienne : on peut remplacer le poulet par des cubes de tofu.

✗ Collation dans l'après-midi : vous prendrez 1 ou 2 fruits de saison frais. Il est en effet préférable de consommer les fruits crus en dehors des repas pour éviter la fermentation.

 

Retrouvez plus de recettes du petit-déjeuners au dîner dans les livrets de menus ici :

>> Livrets de Menus de Printemps

2

Repas d'hiver - Simple, Santé et Savoureux !

Manger hypotoxique au quotidien, c'est se faire plaisir avec des produits de saison !

 

Voici une idée de idée de repas simple et savoureux :

Roulé de saumon fumé à la crème d'avocat
Accompagnement mi-quinoa, mi-choux-fleur

 

Ingrédients pour 2 personnes :

1 avocat bien mûr
½ citron vert
4 tranches de saumon fumé
½ chou-fleur
1 verre de quinoa

 

Préparatifs :

✗ Peler l’avocat et ôter son noyau. Le mixer avec le jus d’½ citron vert, 1 cc. de vinaigre et 1 pincée de sel.
✗ Rouler les tranches de saumon fumé avec de la purée d’avocat. Réserver au frais.

✗ Laver le chou-fleur et le séparer en petits bouquets.
✗ Cuire le quinoa avec les bouquets de chou-fleur dans un peu moins de 2 verres d'eau légèrement salée, pendant 12 min à couvert. Puis, le laisser gonfler hors du feu.

 

Dégustez !

0

Idée pour le réveillon - Blanquette de Lotte au Safran

Pour bien finir l'année 2014, avec un repas haut en saveurs et toujours hypotoxique,

nous vous suggérons une délicieuse recette de Blanquette de Lotte au Safran.

 

Recette pour 4 personnes

Préparation : 30 min

Cuisson : 20 min

 

Ingrédients :

  • 800 g de lotte parée
  • 1/2 L de moules
  • 100 g de grosses crevettes décortiquées
  • 150 g de champignons de Paris
  • 2 échalotes
  • 1 petit blanc de poireau ou plus selon votre goût
  • 30g de farine de riz
  • 15 cl de vin blanc sec
  • 20 cl de bouillon sans blé (par exemple "bouillon sans Levure Boleg" de la marque Rapunzel)
  • 1 jaune d'oeuf
  • 20 cl de crème de soja
  • le jus d'1 citron
  • 12 filaments de safranc
  • sel, poivre

 

Préparatifs :

Préparez les garnitures

Nettoyez les moules.

Lavez et coupez les champignons en lamettes

Emincez le blanc de poireau

Hachez les échalotes

 

Commencer la cuisson de la lotte

Coupez la lotte en morceaux de 50 g environ.

Dans une cocotte à fond épais, faites suer avec les champignons, les échalotes et le poireau pendant environ 2 min.

 

Mouiller l'ensemble et laisser mijoter

Poudrez la préparation avec la farine de riz et mélangez délicatement.

Mouillez avec le vin blanc et le bouillon.

Ajoutez les cervettes et les moules.

Salez, poivrez et ajoutez 6 filaments de safranc.

Couvrez puis laissez cuire 10 min à frémissements.

 

Ajouter la sauce crémeuse

Fouettez la crème de sojoa, le jaune d'oeuf et le jus de citron. Ajoutez une cuillière à soupe de jus de cuisson de la lotte. Mélangez le tout.

Verser cette sauce dans la cocotte et remuez jusqu'à ce que la sauce épaississe.

 

Servez le tout !

Vous pouvez présenter votre blanquette de lotte dans un plat creux parsemé du rester de filaments de safran.

En accompagnement, un riz basmati sera parfait.

Suggestion de vin : du Pouilly-Fuissé.

 

 

Regalez vous !

 

Toute l'équipe de JeMangeMIeux vous souhaitez une belle année 2015 et surtout une bonne santé !

Pages